28 avril 2009

Parlons des Orties...

A la demande de Ginou, je vais vous parler des Orties.
Connaissez-vous leur bienfait ???
C'est ce que je vais essayer de développer au maximum ci-dessous.

Ortiepb

En premier lieu, laissez-moi vous la présenter :

La grande ortie (Urtica dioica L.) encore appelée ortie dioïque ou ortie commune, est une ortie d'origine eurasiatique qui est aujourd'hui présente dans le monde entier. C'est une plante herbacée « des plantes dont la tige est tendre et périt après la fructification », vivace, de la famille des Urticaceae et du genre Urtica. Détestée en raison des brûlures qu'elle provoque, privée des charmes de la couleur et du parfum, cette mal-aimée n'est pourtant pas dénuée d'intérêts. Outre ses usages alimentaires, agricoles, industriels et médicinaux, cette plante aux fleurs unisexuées, portées soit par des pieds différents (diécie), soit par le même pied (monoécie très rare), offre aux chercheurs une occasion unique pour comprendre les mécanismes génétiques de la séparation sexuelle des plantes.

ortie1

Merci au blog de Fanch pour cette photo !

C'est une plante vivace herbacée de 60 à 150 cm de hauteur, formant des colonies grâce à ses longs rhizomes(Le rhizome est la tige souterraine).
Tous ses organes sont recouverts de deux types de poils : de longs poils urticants et de petits poils souples. Ses tiges sont dressées et non ramifiées.
Les feuilles vert foncé, opposées, ovales à lancéolées, sont en général deux fois plus longues que larges. Elles sont bordées de fortes dents triangulaires. Les cellules épidermiques renferment des corpuscules calcifiés appelés cystolithes. La forme plus ou moins allongée des cystolithes est un caractère dérivé propre aux Urticacées[1].
Les fleurs sont unisexuées, minuscules et réunies en grappes, mâles et femelles sur des pieds différents (pour la forme dioïque[2]). Les grappes femelles sont tombantes, les grappes mâles dressées. La fleur femelle est formée de 4 tépales dont deux beaucoup plus gros enveloppant un ovaire uniloculaire et deux petits extérieurs. La fleur mâle comporte 4 tépales et 4 étamines, recourbées dans le bouton et se redressant de manière élastique à l'anthèse, en projetant au loin un petit nuage de pollen. La pollinisation est anémophile.
Le fruit est un akène ovoïde, qui reste enveloppé dans les deux gros tépales accrescents (qui continue à croître après la fécondation.).

Urt

Pied femelle

Urt
Pied mâle

Originaire d’Eurasie, elle s’est répandue dans presque toutes les régions tempérées du monde. Elle est plus commune en Europe du nord qu’en Europe du sud ou en Afrique du nord, aux climats trop secs. Largement distribuée en Amérique du nord, elle est toutefois moins abondante qu’en Europe du nord.
   La grande ortie est très commune partout en France (Corse y comprise).
   Elle affectionne les friches rudéralisées, les prairies, les décombres et les abords des habitations.
      C'est une plante bioindicatrice[3] des sols basiques, riches en azote, phosphore et potassium. Elle signale un excès de matières organiques ou une pollution des sols par les oxydes ferriques. Mais on ne la trouve généralement pas dans les cultures car elle ne supporte pas le travail du sol (à la différence de l'ortie brûlante une adventice des cultures maraîchères).

La plante utilise la reproduction sexuée pour conquérir de nouveaux sites de colonisation. Puis une fois implantée dans un lieu grâce à une graine, elle développe rapidement des stolons en surface et des rhizomes en profondeur pour s’étaler alentour et former une population clonale, unisexuée et très compacte. D’après une étude de Glawe[4], chaque pied d'origine de grande ortie donne en moyenne, par multiplication végétative, une vingtaine de « rejetons » (appelés ramets). Certains clones, formés d’un seul génotype, peuvent s’étendre sur plusieurs mètres carrés. On peut trouver en un endroit, une population avec une forte domination de pieds femelles et en un autre endroit, une majorité de pieds mâles. Mais en moyenne, sur 26 populations d’orties communes étudiées, représentant plus de 14 000 pieds, Glawe a trouvé 47% de pieds femelles, 45% de mâles, 2% de pieds monoïques (portant des fleurs des deux sexes) et 6% sans fleurs.

paon_duo

Grand Paon de Jour

Merci à l'auteur de cette photo.

L'ortie est un véritable foyer pour la « faune utile », notamment de nombreuses espèces de papillons et de coléoptères et de punaises.

En Europe de l'Ouest, l'ortie est la plante-hôte obligatoire d'une trentaine d'insectes[5] dont des papillons de jours (pollinisateurs importants, souvent en voie de régression) tels que le Paon du jour (Inachis io) , le Vulcain ou Amiral (Vanessa atalanta), la Carte géographique (Araschnia levana), la petite tortue (Aglais urticae). L'ortie est aussi l'hôte de papillons de nuit tels que la Pyrale de l'ortie (Eurrhypara hortulata).

Redadmiral08

Le Vulcain

Merci à l'auteur pour cette photo

Elle accueille aussi facultativement la Belle Dame ou Vanesse du chardon (Vanessa cardui), qui comme son nom l'indique pond aussi sur le chardon et le Robert le diable ou Gamma (Polygonia c-album), qui pond parfois aussi sur le houblon.

Ces lépidoptères et autres insectes (Puceron de l'ortie, (Phyllobius urticae), l'apion de l’ortie..) ou encore le spectaculaire Crache-sang (Timarcha tenebricosa) contribuent au contrôle des populations d'ortie alors que divers ichneumonidés contrôlent les insectes herbivores qui consomment les orties en les parasitant, eux-mêmes étant consommés par des oiseaux, reptiles, amphibiens ou mammifères insectivores.

i21_Phyllobius_urticae

Puceron de l'ortie

Merci à l'auteur pour cette photo.

source : wikipédia

Parlons maintenant de ses bienfaits.
 

L'ortie piquante apporte des vitamines, minéraux, oligo éléments, acides aminés et protéines.

Sa richesse en silice, et en zinc la rend très utile contre les ongles cassants ou fragiles et les cheveux ternes ou fourchus.

La pousse des cheveux est également stimulée. Le zinc permet d'améliorer l'acné et les irritations cutanées.

L'ortie piquante est également re minéralisante et favorise le bien-être articulaire. Elle est également connue pour ses propriétés toniques.

C'est une Plante Médicinale utilisée en usage interne comme diurétique, en usage externe comme astringent ou produit cosmétique, se présente souvent sous forme de tisane ou en  solution.

Par voie interne

Parties aériennes - Inflammation des voies urinaires, calculs rénaux, douleurs arthritiques ou rhumatismales, rhinite allergique.

    * Feuilles et fleurs séchées : infuser de 2 g à 5 g, pendant 10 à 15 minutes, dans 150 ml d'eau bouillante. Prendre trois fois par jour.
    * Extrait solide en capsules ou comprimés (7:1) : de 300 mg à 700 mg, trois fois par jour.
    * Extrait fluide (1:1) : de 2 ml à 5 ml, trois fois par jour.
    * Teinture alcoolique (1:5) : de 2 ml à 6 ml dans un verre d'eau, trois fois par jour.
    * Jus frais de la plante : de 5 ml à 10 ml, trois fois par jour. Une compagnie européenne fabrique un jus d'ortie stabilisé qui se conserve bien et qui est offert dans certains magasins de produits naturels. Sinon, un bon extracteur à jus fera l'affaire, mais sachez que ce jus ne se conservera que quelques heures.

Note : lorsque l'objectif thérapeutique est d'irriguer les voies urinaires, prendre beaucoup de liquide est primordial.

Racines - Hypertrophie bénigne de la prostate (phases I et II)

    * Racines séchées : préparer une décoction en versant 1,5 g de racines dans 150 ml d'eau froide que l'on amènera à ébullition. Laisser bouillir durant une minute, puis laisser reposer hors de la flamme durant 10 minutes. Prendre une tasse (150 ml), trois à quatre fois par jour.
    * Il existe divers types d’extraits de racine d’ortie, normalisés ou non, présentés sous forme liquide ou solide. Suivre les indications du fabricant.

Par voie externe

Parties aériennes - Douleurs arthritiques et rhumatismales.

    * Esprit d'ortie (parties aériennes distillées - 50 % d'alcool). Badigeonner les parties atteintes, plusieurs fois par jour, ou utiliser en compresse ou en cataplasme.
    * Feuilles fraîches. L'application de feuilles fraîches pendant 30 secondes sur la partie douloureuse peut soulager les douleurs arthritiques (l'ortie se cultive facilement au jardin ou en pot dans la maison).

L'ortie était bien connue des Grecs et des Romains. Les premiers, qui l'appelaient Alkalyphe, s'en servaient pour soigner la toux, la tuberculose, l'arthrite ainsi que pour stimuler la pousse des cheveux. La pratique de la flagellation thérapeutique avec des tiges d'orties remonte également à l'Antiquité. On la dit salutaire contre les rhumatismes. Nicholas Culpeper, célèbre médecin anglais de la première moitié du XVIIe siècle, la recommandait pour soigner les maladies des vaisseaux sanguins et des voies respiratoires.

En Europe, on la consomme volontiers en potage ou en salade, et il fut même une époque où son infusion était fort appréciée dans les salons mondains. Avec les feuilles de pissenlit et d'autres verdures printanières, les jeunes pousses d'ortie faisaient partie des « cures du printemps » qui ont été jadis si populaires. Notez que le pouvoir urticant des poils d'ortie est inactivé par la cuisson et le séchage ainsi que par le procédé d'extraction qui permet la fabrication de suppléments.

En médecine ayurvédique (médecine traditionnelle de l’Inde), on emploie l’ortie en association avec d’autres plantes pour traiter les hémorragies utérines, les saignements de nez, les éruptions cutanées et l’eczéma. Les Amérindiens s’en servent pour soulager les douleurs rhumatismales, ainsi que pour soutenir les femmes durant l’accouchement. Au Maroc, on utilise l’ortie pour traiter l’hypertension.

En raison de sa haute teneur en chlorophylle, on a utilisé l'ortie comme colorant vert naturel dans les conserves de légumes. Tout comme celle du lin, la fibre d'ortie a servi à la fabrication de tissus et de papier. Les bons jardiniers connaissent, pour leur part, les vertus du purin d'ortie comme engrais naturel.

Traditionnellement, ce sont les parties aériennes qu'on a utilisées comme agent médicinal; l'emploi de la racine pour traiter l'hypertrophie bénigne de la prostate n'est apparu qu'au début des années 1980.

Effets indésirables

    * Les feuilles fraîches causent sur la peau une vive sensation de piqûre, généralement passagère et sans conséquences sérieuses.
    * Les parties aériennes sont virtuellement sans effets indésirables. Quant aux racines, une étude ayant porté sur plus de 4 000 sujets qu'on a suivis durant six mois a permis d'établir que des troubles intestinaux bénins pouvaient se manifester dans tout au plus 1 % des cas3.
    * Selon un essai sur des animaux, les feuilles d’ortie pourraient provoquer des contractions utérines28.

Parties aériennes

Usage reconnu La Commission E, l’OMS et l'ESCOP reconnaissent l'usage des parties aériennes de l'ortie pour irriguer les reins, la vessie et les voies urinaires en cas d'inflammation, pour prévenir et traiter les calculs rénaux et, en usage externe et interne, pour soulager les douleurs arthritiques, rhumatismales ou associées à la sciatique.

Arthrite. On a traditionnellement appliqué les feuilles fraîches de la plante directement sur la peau (souvent sous la forme de flagellation...) pour soulager les douleurs arthritiques et rhumatismales. Une équipe de chercheurs britanniques a récemment imaginé un protocole original pour mener une étude clinique s'inspirant de cette pratique traditionnelle15.

On a d'abord fait pousser en pot de jeunes plants d'ortie ainsi que de Lamium alba, les deux plantes se ressemblant à s'y méprendre dans les premiers stades de leur croissance. On a ensuite distribué les plantes aux 27 sujets qui souffraient tous de douleurs arthritiques dans l'articulation située à la base du pouce. On leur a expliqué qu'on voulait tester l'efficacité de deux espèces d'ortie et qu'il leur suffisait de détacher, chaque jour, une feuille du plant et d'en appliquer l'envers sur la partie douloureuse durant 30 secondes. On les a prévenus qu'ils pourraient à l'occasion, mais pas nécessairement, ressentir une vive irritation passagère qui était absolument inoffensive. Les chercheurs ont utilisé la formule de l'essai croisé : on a d'abord remis des plants aux 27 sujets qui ont appliqué le traitement durant une semaine. Après une période de cinq semaines sans traitement, on leur a remis d'autres plants. Les résultats ont clairement démontré que le traitement à la feuille d'ortie permettait de soulager la douleur et la raideur de manière nettement plus marquée que le traitement au placebo. Le Dr Rudolf Fritz Weiss croyait que cet effet était causé par l'acide formique présent dans les poils de la plante16. Selon lui, l'esprit d'ortie (un distillat alcoolique des parties aériennes) donnerait les mêmes résultats.

Source : www.passeportsante.net

En jardin

N'arrachez pas l' Ortie près des arbres fruitiers : elles les rend plus résistant aux attaques des parasites.

Au potager, l' Ortie semblerait fortifier la croissance des choux et des tomates et donner plus de parfum à la menthe, l' angélique la sauge et la marjolaine.

Jetez-la sur le compost : elle accélérera le processus de fermentation et apportera des éléments minéraux très utiles (azote, fer, silice...) On la dit aussi riche que le fumier.

Si vous n'avez pas de gants pour l'arracher: glissez la main dans un sac de plastique épais ou....arrêtez net de respirer et saisissez l'ortie le plus à la base possible en prenant les feuilles à l'envers, du bas vers le haut.

Vous vous êtes fait piquer ? Frottez-vous vite la peau avec une rondelle d'oignon, des feuilles d'oseille (cultivée ou pas) ou de rhubarbe, du plantain.

Purin d'orties

Le purin d'orties est principalement un fertilisant (riche en azote mais faible en potasse) mais il est aussi, dans une moindre mesure, insecticide et fongicide. Il est issu de la macération de 1 kilo d'orties dans 10 litres d'eau. Le liquide obtenu est lui-même dilué à 10% dans l'eau d'arrosage.

Un bon indicateur

Si vous plantez dans une friche ou un ancien champ, regardez si des Orties ne poussent pas quelque part, elles sont l'indice d'un sol très riche.

3346571057_5974b964bd

Urtica_dioica38_ies

Très bonne soirée à toutes et à tous !

Posté par solenade à 15:37 - La nature - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

    De mieux en mieux ta présentation, claire précise avec des photos sublimes. Merci. Bises.

    Posté par Danièle, 28 avril 2009 à 19:43
  • Les orties...

    Je les regarderai différemment,j'en ai tellement dans mon jardin!!
    Merci pour toutes ces infos!
    Bonne soirée.
    Bises.
    Saph.

    Posté par saph, 28 avril 2009 à 22:04
  • merci d'avoir été entendue et aussi bien renseignée
    je regarderai l'ortie sous un autre aspect ,maintenant...
    bisous
    ginou

    Posté par la laumoise, 29 avril 2009 à 08:21
  • Toujours surprenant. Merveilleuses photos, textes intéressants. Un vrai ravissement. Bonne journée.

    Posté par reves de tables, 29 avril 2009 à 14:06
  • Il y a de grosses erreurs dans le nom des papillons le premier c'est le paon de jour et le deuxième c'est robert le diable, il te faut corriger....

    Bisous
    Françoise

    Posté par Francoise du Var, 30 avril 2009 à 06:50
  • Merci de m'avoir corrigée !!!
    Je devais avoir de la fièvre, car impossible de les confondre ...mdr !!!

    Posté par solène, 30 avril 2009 à 07:59

Poster un commentaire